Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Air Algérie : faut-il encore croire Amar Ghoul ?

A quelques jours du rassemblement à Paris contre la cherté du transport vers l’Algérie ,prévu le 20 septembre , Amar Ghoul vient d’annoncer son « plan transport » et son projet pour Air Algérie.

Un discours ministériel qui, vu de la diaspora, n’est rien d’autre que de l’enfumage qui n’apporte aucune solution concrète à la cherté du prix du billet Air Algérie et Algérie Ferries.

La volonté exprimée par le ministre de « réformer » Air Algérie et de mettre en place un audit n’est pas nouvelle et parait peu convaincante dans son intention car plusieurs questions de fonds restent ouvertes : rien n’indique que cet audit ne soit réalisé par un organisme indépendant et externe ; l’audit n’intègre aucune dimension comptable et financière alors que l’un des « maux » dont est touchée la compagnie est bien celui lié à sa « gestion budgétaire » , la compagnie nationale subventionnée de façon permanente engloutit des sommes colossales pour des résultats médiocres et insuffisants, comment est donc gérée la compagnie ? Comment les dépenses sont –elles réalisées ? Le PDG de la compagnie exclue cette optique alors que le ministre reste équivoque sur le sujet.

Qu’en-est-il de l’exploitation des résultats de l’audit, sa publication et surtout des éventuelles mesures et sanctions en cas de dysfonctionnements graves et voire même de malversations avérées ? Rien est évoqué ! S’agirait-il alors de « limoger à l’algérienne », c'est-à-dire de déplacer les auteurs de malversations dans un autre service pour qu’ils puissent reproduire ailleurs leurs méfaits ?

Tout porte à croire que cet audit sera réalisé en catimini, qu’il ne correspondra qu’en un constat, et que ses conclusions ne seront qu’une suite de recommandations : un rapport partial qui finira dans les archives.

Non, Amar Ghoul, n’a pas convaincu et notamment lorsqu’il se dit « favorable à la concurrence et à l’arrivée de nouvelles compagnies privées dans le ciel algérien » ; mais insiste pour que « cela ne fasse pas au détriment des compagnies nationales. »

Amar Ghoul veut « ménager » à tous prix la compagnie nationale, il souhaite que cette pseudo -concurrence avance en rangs bien rangés derrière le canneur boiteux Air Algérie.

Tout est dit : Mr Ghoul veut une concurrence qui ne dérange pas Air Algérie …..une « concurrence à la Aigle Azur » : une concurrence bridée d’office, « fictive », souhaiterait-il de voir même une entente ?

L’arrivée d’opérateurs privés dans le ciel algérien aurait cependant, et il faut le reconnaitre l’avantage de commencer à pouvoir répondre à la forte demande et résoudre par conséquent le problème des pénuries de sièges en période de vacances, encore faut-il que l’action de ces nouveaux concurrents ne soient pas entravée et que leurs possibilités de « briller » ne soient pas inhibées…

Amar Ghoul n’a pas encore pris le taureau Air Algérie par les cornes ….mais si le ministre des transports ne le fait pas, qui le fera ?

Pas un mot non plus sur les prix sulfureux pratiqués par Algérie Ferries, l’incapacité pour la compagnie nationale de répondre à la demande estivale, dans l’impossibilité permanente d’offrir la moindre qualité de service ; pourtant la situation d’Algérie Ferries est tout autant dramatique que celle d’Air Algérie.

L’intérêt de l’Algérie, n’est pas mr Ghoul, l’intérêt des 10 à 12 000 salariés d’Air Algérie dont une partie est issue du « système » ; il est plutôt l’intérêt des 44 millions d’algériens pour qui l’accès aux transports aériens et maritimes demeure trop souvent un luxe.

La diaspora revendique une baisse immédiate, durable et significative des tarifs pratiqués par les compagnies Air Algérie et Algérie Ferries ; c’est aussi le message qui sera porté ce Samedi 2 Septembre à Paris devant l’agence Air Algérie à Paris Opéra.

L’intérêt de l’Algérie, n’est pas mr Ghoul, d'abord celui des 10 à 12 000 salariés d’Air Algérie dont une partie est issue du « système » ; il est plutôt l’intérêt des 44 millions d’algériens pour qui l’accès aux transports aériens et maritimes demeure trop souvent un luxe.

La diaspora revendique une baisse immédiate, durable et significative des tarifs pratiqués par les compagnies Air Algérie et Algérie Ferries ; c’est aussi le message qui sera porté ce Samedi 2 Septembre à Paris devant l’agence Air Algérie à Paris Opéra.

Paris ,le 17 Septembre 2014 par SafarDZ, membre du collectif CCTA

Partager cet article

Repost 0